Pour découvrir, n'hésitez pas à commencer par un stage d'un week-end ou un coaching individuel
Françoise Akis
Cours de chant

Consultez les nouvelles dates de stages d'un week-end et le Stage de Noël"

Moi ça ne me dérange pas. Je préfère qu’on tremble et qu’on donne plutôt que de contrôler ses émotions et que ce soit fade ou limite arrogant.

 Je garde d'ailleurs en mémoire le souvenir d’un élève qui tremblait pendant sa chanson, lors du spectacle des élèves, il y a plus de 20 ans, je me souviens, de son visage, de son prénom et de la chanson qu’il a chantée. C’est dire si ça m’a marqué. Tout le public était touché par l’émotion qu’il a mise dans sa chanson Et personne ne s'est soucié du le fait qu’il tremble.

Quand on pense que Jacques Brel vomissait avant de rentrer sur scène.

Donc, j’aurais tendance à dire tant mieux ! Tant mieux parce que ça veut dire que tu acceptes de te dévoiler, de mettre tes émotions à nu, de prendre des risques.

Je pense aussi à un élève qui l’année dernière a chanté : » je n’suis pas un héros » en tremblant mais de nouveau avec une intensité, une émotion que j’ai trouvé vraiment magnifique. Et je sais que je peux lui donner des chansons dans lesquelles il faut se dépasser. Cette année je lui ai fait travailler « le requiem pour un fou » de Johnny, je suis sûre qu’il se donnera encore à fond et peut-être qu’il tremblera.

J’entends ce soir Pascal Obispo dire à une des chanteuses de son équipe dans «  the voice » qu’elle tremble et qu’elle ne doit pas trembler, qu’elle doit être plus détendue. Comment voulez-vous qu’elle fasse ?

Je ne pense pas que le  fait de lui dire va l’aider à se détendre.

Donc trembler ou pas n’est pas la question. La question c’est de chanter!  Chanter, sans avoir peur de livrer ses émotions


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion