Pour découvrir, n'hésitez pas à commencer par un stage d'un week-end ou un coaching individuel
Françoise Akis
Cours de chant

Profitez de l'été pour suivre un stage de chant  de 2 ou 4 jours !

Et oui même si on n’était pas fan de Johnny, Johnny a toujours fait partie de notre vie, on l’a toujours connu. De plus il ne se laissait jamais oublier longtemps. C’est un peu comme si on perdait quelqu’un de notre entourage, un peu comme si  tonton Johnny était mort. Même si on n’était pas fan,  on ne peut que reconnaître le vrai show man, la longue carrière. On a beau dire il fallait le faire, avoir une si longue carrière et de nombreuses chansons qui resteront dans nos têtes. Il mérite son hommage populaire.

Evidemment on s’attendait un peu, à sa disparition: l’annonce de sa maladie, son aspect physique lors de ses dernières apparitions, un nouvel album de reprises de ses titres par d’autres artistes, c’était un peu comme un hommage avant sa mort.

Au moins il était clair sur le fait que la scène lui faisait du bien, lui permettait de tout oublier et notamment ses angoisses. Angoisses avec lesquelles il semblait partager sa vie.

C’est Aznavour qui doit se réjouir d’être toujours vivant. Il doit se dire : « allez encore un de moins et moi je suis toujours là ! » Il voit les petits jeunes partir avant lui (en effet Johnny était beaucoup plus jeune que lui).

Au moins Aznavour, après avoir annoncé à de nombreuses reprises que c’était sa dernière tournée est clair maintenant. Lors d’une interview dans laquelle on lui demandait quand il allait arrêter sa carrière. Il a répondu : « je ne m’arrêterai jamais. Quand je ne suis pas en tournée je m’emmerde ». Au moins c’est clair.

Ca fait penser à la chanson « mourir sur scène » que chantait Dalida.

La drogue de la scène, la drogue de l’amour du public, se sentir exister.

Vivre sans Johnny, ce n’est pas tout à fait vrai parce qu’à mon avis on continuera à l’entendre pendant longtemps. 


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion